Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Littorine - Marie France

patrimoine breton

Le rocher du Préfet à Saint Guénolé Penmarc'h

2 Mars 2013, 09:03am

Publié par Littorine/Marie France

Ce rocher tient son nom du préfet impérial Levainville. Le 10 octobre 1870, une lame de fond emporta cinq personnes qui avaient choisi ce rocher plat pour contempler la mer : l’épouse, la fille, le neveu, la nièce et une relation de l’ancien préfet. Cet accident eut un retentissement national et le rocher attira bientôt de nombreux touristes.

En 1865, juste au-dessus de ce qui deviendra le « Rocher du préfet » ou la « Roche des victimes », Paul Du Chatellier s’était fait construire un petit abri sur le domaine maritime. Cette  bâtisse, baptisée Creis-Moor (Au milieu de la mer) lui servait à la fois d’atelier de peintre et d’entrepôt provisoire pour ses découvertes archéologiques ; l’atelier fut occupé plus tard par Jean-Julien Lemordant, qui finit par l’acheter en 1920. Cette même année, l’atelier fut utilisé par Marcel L’Herbier qui en fit le décor principal de son film « L’Homme du large ». 

L’atelier a été rasé en 1984. Il reste le rocher !

informations prisent sur : http://saint-guenole.net/rocher-du-prefet/2013-02-06_00287.jpg

2013-02-06_00146.jpg
Pas difficile d'imaginer que l'on puisse être emporté par une vague...
2013-02-06_00207.jpg
Ces photos ont été prisent le 06 février dernier
2013-02-06_00380.jpg
2013-02-06_00237.jpg
2013-02-06_00341.jpg
Vive le zoom....
Cet article est ma participation à la carte de france des paysages de notre amie Claudine

Voir les commentaires

Balade pointe du Courégan - Ploemeur

15 Février 2013, 13:34pm

Publié par Littorine/Marie France

À la fin du XIXe siècle, dans le port du Couregant dont la cale de débarquement est construite en 1894, sont débarquées de très grandes quantités de poisson ainsi que des tonnes de sel. Tout le poisson entrant dans la petite baie est livré à l'établissement Fleury, disparu depuis.

120px-Blason_ville_fr_Ploemeur_-Morbihan-.svg.png

2013-01-20 00023

L'ile de Groix en face

2013-01-20 00001

2013-01-20 00002

2013-01-20 00003

2013-01-20 00006

En retrait dans les terres nous parvenons au lieu dit St Jude, du nom de la chapelle qui s'impose à nous.

 2013-01-20 00036

2013-01-20 00034

Oui je sais il manque les hortensias en fleurs ...

2013-01-20 00039

pour vous consoler je vous offre quand même un bouquet ! 

 

2011 07 12 075

Bonne fin de promenade... 

Voir les commentaires

Place Mesgloaguen à Quimper

10 Février 2013, 09:33am

Publié par Littorine/Marie France

Pour le W.E du petit Patrimoine il est proposé de présenter un nom de rue ou de place peu ordinaire. Mon choix s'est porté sur ce lieux historique, sur cette place donnait l'entrée (et la sortie) de la prison de Quimper mais ce fût aussi le lieu de la grande faucheuse

Bizarrement je n'ai trouvé aucune photo ancienne de ce lieux...pas très fréquentable il faut dire. 

C'est un endroit en pleine réhabilitation, l'ancienne prison est devenu un lieux très fréquentable ! 

SV101662.jpg

SV101671.jpg

 

150 Bretons ont été guillotinés entre 1811 et 1951. Annick Le Douget a plongé dans les archives pour raconter leur histoire.
Annick Le Douget, greffière au tribunal de Quimper, vient de publier « Justice de sang », un livre consacré à la peine de mort en Bretagne aux XIXe et XXe siècles. On y trouve l'écho de nombreux procès d'assises à Quimper qui en leur temps marquèrent la ville.

 

 

• Sauvée par sa beauté. On juge en 1855 un meurtre sordide commis à Fouesnant. Une mendiante « débarrasse » Charles Fleuter de son épouse enceinte pour 75 francs et un emploi pour sa fille. Le fermier de 57 ans peut alors se remarier avec une servante de 20 ans. Cette dernière, Marie-Catherine Kerjosse, est par contre acquittée, uniquement du fait de sa jeunesse et de sa beauté selon le président des assises. « J'ai le sentiment qu'on me coupera le cou », avait-elle pourtant confié.

 

• Époux parricides. Les époux Le Cohennec, de Cleden-Cap-Sizun sont condamnés en même temps pour parricide le 24 octobre 1818. Le mari est exécuté peu de temps après à Quimper, mais son épouse, enceinte, vivra neuf semaines de plus pour donner naissance à son enfant. Elle sera exécutée aussitôt après la naissance ayant subi le supplice du poing coupé réservé aux parricides.

 

• Loterie des grâces. Deux condamnations à mort sont prononcées en janvier 1854 à Quimper : Henri Collin, meurtrier de son beau-père à Plozévet, et Félix Recouvrand, de Guipavas, qui a tenté de tuer un garde champêtre. Le directeur des grâces demande au procureur général de Rennes « si l'état du pays vous paraît nécessiter l'exécution rigoureuse des deux condamnations ». Le préfet et le procureur de Quimper répondent qu'« une seule condamnation suffirait aux exigences de la justice ». Seul Henri Collin sera guillotiné.

 

• Grâce critiquée. Certaines grâces impressionnent défavorablement à l'époque. Ainsi celle de Marc Morvan, condamné en 1877 pour le meurtre d'une jeune paysanne du secteur de Châteaulin rentrant de la foire. La commutation de la peine « a produit la plus pénible impression au pays tout entier », note le procureur l'année suivante.

 

• Erreur judiciaire. Elle pèsera longtemps dans les débats des jurys d'assises du Finistère : Yves Louarn et Auguste-Prosper Baffet de Bannalec sont condamnés au bagne pour un vol commis de nuit avec arme. Ils sont reconnus à la voix et à la taille. Celle qui est la vraie coupable, la veuve Sinquin, de Saint-Cado, sera condamnée quatre ans plus tard aux travaux forcés. Mais entre-temps Louarn et Baffet sont morts au bagne. Le nombre de condamnations à mort chutera très nettement à la cour d'assises du Finistère dans la période suivante (deux condamnations en quinze ans au lieu d'une par an auparavant).

 

• Amende honorable. Sous l'Ancien régime, les condamnés à mort faisaient amende honorable, selon un rituel précis de soumission. Avant d'être suppliciée, la voleuse de grands chemins Marion du Faouët doit se mettre à genoux au pied de la cathédrale de Quimper, pieds nus, en chemise blanche, portant un cierge. Elle doit se déclarer coupable. On lui prête un édifiant discours de morale qu'elle aurait adressé à la foule de l'échelle de la potence.

 

• Exécutions publiques. À Quimper, elles ont lieu place Mesgloaguen près de la prison. On loue les fenêtres des immeubles de la place pour assister à l'exécution qui peut attirer plusieurs milliers de personnes. Certains passaient la nuit dans les tilleuls. La foule assiste avec des sentiments mêlés, ou la vengeance le dispute à la compassion. L'exécution d'Herlédan et Quillien en 1851 se passe ainsi dans un profond silence.

 

• Condamné sanctifié. Tanguy, un cordonnier de Quimper, avait tué son rival en amour entre 1735 et 1745. Il fut caché par le Supérieur du séminaire de Quimper, à condition d'entrer en pénitence. Il reste ainsi trois ans au pain sec et à l'eau dans une cave. Quand il en sort, à moitié aveugle, il se livre à ses juges pour parfaire sa rédemption. Il sera pendu à Prat-ar-Rouz et enterré au pied du gibet. C'est là qu'un culte du meurtrier transformé en martyr se poursuivra jusqu'au début du XXe  siècle. On invoquait « saint Tanguy » pour les enfants fiévreux.

 

• Attente interminable. Yann Combot, condamné à Quimper en 1893 pour avoir tué deux femmes de Taulé, attendra 85 jours son exécution à la prison de Morlaix. Après l'avoir haï, les habitants de la ville finissent par le prendre en pitié. Combot, qui avait fini par espérer sa grâce, trouve encore la force de plaisanter quand on veut lui couper les cheveux « Ce n'est pas la peine de me couper les cheveux quand on va me couper la tête. »

 

• Styles de bourreau. Le bourreau Louis Deibler, qui exécute Paul Faine en 1888 à Quimper, était réputé pour sa lenteur et sa maladresse. « Je n'ai pas envie de me faire manger un doigt », répondait l'intéressé. Son fils Anatole se faisait fort de mener une décapitation en trente secondes montre en main. L'exécution d'Yves Floc'h à Quimper en 1930 est si rapide que l'assistance a à peine eu le temps d'en saisir les détails.

 

• La dernière exécution. C'est celle du docker Joseph Éliès qui fut fusillé pour assassinat à Quimper le 17 novembre 1945. Fusillé et non guillotiné car l'appareil était monopolisé par Paris dans l'immédiate après-guerre.

 

 

Justice de sang, La peine de mort en Bretagne aux XIXe et XXe siècles, par Annick Le Douget, autoédition, Fouesnant, distribution: De Borée (Clermont-Ferrand) 19 €.

 

Voir les commentaires

Les étangs de Rosporden

2 Février 2013, 05:35am

Publié par Littorine/Marie France

Pour la carte de France des Paysages de ce W.E, je sors de mon chapeau, un endroit entre Concarneau et Quimper, petite ville réputée pour ses étangs, il y en a 3 successifs.

ROSPORDEN apparaît au début duXe siècle,au moment ou un certain PREDEN construit sur le tertre qui domine les marais une motte féodale.Il crée, afin d’assurer sa défense,un étang ou il a installé un premier moulin. 
La légende veut que Rosporden doive son nom à ce Prince qui, dit-on, fit nommer son fort « ROS PREDEN »

En réalité, ce nom indique que les Bretons, venus d’Outre-Manche, ont investi cet endroit. En effet, « Ros » signifie en breton « tertre » et « Preden » veut dire « Breton ». 
ROSPORDEN signifierait donc "tertre des Bretons". 
Pour protéger ce pays souvent inondé, une digue de terre est édifiée barrant la vallée de l’Aven et créant ainsi un grand plan d’eau.

2013-01-26_00114.jpg

Non ça n'est truquée, c'est la photo telle que je l'ai prise, enfin presque...juste une petite rotation.

2013-01-26_00087.jpg

2013-01-26 00030

Cette maison abandonnée m'intrigue toujours je ne peux m'empêcher de la prendre en photos, quel mystère se cache derrière ? 

2013-01-26_00055-copie-1.jpg

Il n'y a pas d'eau en Bretagne en ce moment...même les étangs débordent ! ce n'est pas pour déplaire aux oiseaux qui viennent s'y réfugier

2013-01-26_00007.jpg

2013-01-26_00129.jpg

Les oies cancanent entre elles

2013-01-26_00099.jpg

Les canards se refont une beauté sous le regard des passants du TGV

2013-01-26_00059.jpg 

2013-01-26_00004.jpg

et des joggeurs , photographes et rêveurs

2013-01-26_00090.jpg

2013-01-26_00084.jpg

2013-01-26_00109.jpg

Les étangs sont le miroir de la ville

2013-01-26_00197.jpg

2013-01-26_00183.jpg

Le cygne en bave d'émotion...et l'oie vous a à l'oeil

2013-01-26_00181.jpg

pendant que les canards défilent

 2013-01-26_00175.jpg

sous l'oeil indulgent du poilu...2013-01-26_0272.JPG 

Bonne journée et bon W.E. 

 

Voir les commentaires

Les moulins de mon coeur

27 Janvier 2013, 04:49am

Publié par Littorine/Marie France

J'étais loin d'imaginer qu'un tel titre aurait pu correspondre à quelque chose dans mon existence ! Et voilà que depuis quelques semaines, je m'aperçois que je suis issue de plusieurs familles de Meuniers et cela de Trégor en Léon. Vous allez dire qu'est ce qu'il y a de réjouissant là dedans ? C'est une bonne question ! Je me la pose depuis plusieurs jours, je n'arrive pas bien à y répondre, mais cela résonne en moi de manière très positive et je m'aperçois que j'ai souvent été attirée par les mouins...il n'y a pas de hasards si ?

Donc rien ne pouvait me faire plus plaisir que de répondre à la proposition de Murielle et vous présenter quelques moulins . Ce ne sont pas ceux de mes aïeuls, mais j'imagine que cela pourrait... 

Le moulin de Kériolet  cf http://bigorneau.over-blog.fr/article-le-moulin-de-keriolet-a-la-pointe-du-millier-53979304.html

Moulin de Keriolet 023

Le Moulin du chef du bois cf http://bigorneau.over-blog.fr/article-28324489.html il faut que j'y retourne...

SV100794.jpg

Les Moulins en Cap Sizun cf http://bigorneau.over-blog.fr/article-fete-des-moulins-en-cap-sizun-18-juin-2011-19-juin-2011-77120453.html

20110618 62

Je vous promets d'autres articles à l'avenir sur les moulins...

Bonne journée

Voir les commentaires

La carrière de Kaolin de Ploemeur (56)

25 Janvier 2013, 08:29am

Publié par Littorine/Marie France

L’exploitation des grands gisements de kaolin, à l’ouest et au sud-ouest du bourg de Ploemeur, a bouleversé le paysage original sur près de 150 ha. Dans un premier temps, l’extraction par carrières à ciel ouvert produit un désert minéral d’où toute une vie est exclue. Puis les plans d’eau et leur périphérie sont colonisés par une végétation et une faune aquatiques, tandis qu’ajoncs, genêts et bruyères prennent possession des terrils constitués par les stériles obtenus après séparation du kaolin. En définitive, plans d’eau, terrils blancs, landes et bois de pins composent un paysage très original ainsi qu’un ensemble de milieux naturels actuellement ou potentiellement intéressants.

La perspective de la cessation des activités extractives sur les deux principaux sites a conduit la Communauté du Pays de Lorient et la commune de Plœmeur à engager une réflexion préalable à un projet global de réaménagement de ce territoire.

2013-01-20_00072-Panorama--1280x268-.jpg

2013-01-20_00091.jpg

2013-01-20_00064.jpg

2013-01-20_00079.jpg

2013-01-20_00065.jpg

2013-01-20_00084.jpg

2013-01-20_00078.jpg

Bonne journée

Voir les commentaires

La mer sans arrêt roulait ses galets

24 Janvier 2013, 08:29am

Publié par Littorine/Marie France

 

La mer sans arrêt
Roulait ses galets
Les cheveux défaits
Ils se regardaient
Dans l'odeur des pins
Du sable et du thym
Qui baignait la plage
Ils se regardaient
Tous deux sans parler
Comme s'ils buvaient l'eau de leurs visages
Et c'était comme si tout recommençait
La même innocence les faisait trembler
Devant le merveilleux
Le miraculeux
Voyage de l'amour

Dehors ils ont passé la nuit
L'un contre l'autre ils ont dormi
La mer longtemps les a bercés
Et quand ils se sont éveillés
C'était comme s'ils venaient au monde
Dans le premier matin du monde

La mer sans arrêt
Roulait ses galets
Quand ils ont couru
Dans l'eau les pieds nus
À l'ombre des pins
Se sont pris la main
Et sans se défendre
Sont tombés dans l'eau
Comme deux oiseaux
Sous le baiser chaud de leurs bouches tendres
Et c'était comme si tout recommençait
La vie, l'espérance et la liberté
Avec le merveilleux
Le miraculeux voyage de l'Amour


2013-01-20_00016.jpg

2013-01-20_00032.jpg

Voir les commentaires

Maison en ville - Quimper

20 Janvier 2013, 10:36am

Publié par Littorine/Marie France

Quimper--7-.jpg

SV101667.jpg

SV101687.jpg

SV101346.jpg

Ces photos ne sont pas récentes, je m'aperçois que mon regard photographique a changé ! 

Bonne journée...le soleil pointe le bout de son nez...je sors ! 

Voir les commentaires

Manoir de Trélivit - Plonéour Lanvern

17 Janvier 2013, 06:27am

Publié par Littorine/Marie France

Pour ma participation à la carte de France des paysages de cette quinzaine,
 je vous propose de visiter les abords extérieurs d'un très beau Manoir Bigouden
 découvert à l'occasion des journées du patrimoine.
Vous trouverez la carte de France chez Claudine dimanche,
        


Un manoir est la résidence ou la demeure d'un noble.
 La construction de ces bâtiments remonte souvent au XVe siècle ou XVIe siècle, c'est-à-dire le siècle qui a suivi la fin de la guerre de Cent Ans, témoignant d'une prospérité retrouvée,
même si toujours en proie à la crainte de troubles.

Avec son allure de petit château implanté sur un fief ou un « domaine », c'est donc bien souvent, dans un village ou un hameau, la bâtisse la plus vaste, la plus belle et la mieux équipée, puisque y habitait un hobereau, qui pouvait, contrairement à d'autres
 plus fortunés et puissants encore, ne pas disposer d'autres résidences
telles qu'un hôtel particulier dans la ville proche.
 On peut distinguer un manoir d'un château par le fait que l'exploitation agricole était essentielle pour le manoir et gérée directement par son seigneur, qui n'avait pas le privilège d'exercer des fonctions plus honorifiques, militaires ou administratives (acquises non par compétence mais par achat de « charges »).

Le manoir est donc aussi dans toutes les provinces et jusqu'à la Révolution française le centre décisionnel de la figure locale de la petite noblesse, faisant exploiter elle-même les terres de son domaine par « ses » paysans.










N'hésitez pas à consulter l'album, toutes les photos ne sont pas dans l'article !
Bonne journée....

Voir les commentaires

Je vous explique ...

14 Janvier 2013, 15:37pm

Publié par Littorine/Marie France

Vous avez pu constater que je suis moins présente sur les blogs, sans doute une certaine lassitude ... mais pas que ! 

Je suis en pleine recherches généalogiques et j'avoue que lorsqu'on y met le petit doigt c'est le corps qui est happé, c'est vraiment une passion pour moi, je profite du temps donné en parenthèse pour m'adonner à cette passion et je commence à faire des émules autour de moi, ça me ravie.

Une petite photo pour vous montrer le résultat de mes recherches.

2013-01-14_00001.jpg 

Mon arbres est complété en ligne directe sur 8 générations (17800 personnes recensées )

La 9 ème est en cours de finition et la 10 ème est bien avancée ! 

Ce travail, car malgré tout s'en est un, est le résultat d'une quinzaine d'année de recherches. J'avoue que pour moi la révolution c'était avant hier ...si si c'est vrai !

J'aimerais pouvoir vivre de ce genre de travail... est ce une utopie ou réalisable , en ajoutant la rédaction de biographies ? Je ne sais... mais ça me tente en tout cas ! 

Voilà vous en savez plus sur mon absence de la blogosphère...Maintenant je retourne à mon puzzle géant et interminable. 

Bonne fin de journée

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>