Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Littorine - Marie France

coup de coeur

L'Amour ne disparaît jamais

1 Novembre 2009, 06:55am

Publié par Littorine

En ce jour de Toussaint, nous avons tous dans la tête le souvenir
d'un ou plusieurs êtres chers, disparus dans l'année ou déjà longtemps.

Voici un texte que je voudrais vous partager, en leurs souvenirs
.

La mort n'est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi, vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
N'employez pas un ton différent.
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez,
 Souriez,
Pensez à moi,
Priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte,
sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées?
Simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin,
Juste de l'autre côté du chemin.
Tu vois tout est bien !

Canon Henry Scott HOLLAND

Voir les commentaires

A contre-courant

26 Octobre 2009, 05:30am

Publié par Littorine

Ce matin je viens de regarder un reportage sur Elisabeth BADINTER
Un vrai coup de Coeur.
J'espère que vous avez 52 mn devant vous, vous ne perdrez pas votre temps
je vous l'assure.

Cliquez sur la photo pour atteindre  le documentaire
sinon voici le lien
http://www.france5.fr/videos/documentaires/?id=3884


Militante des droits de la femme, agrégée de philosophie et spécialiste du XVIIIe siècle, Elisabeth Badinter a signé de nombreux essais et biographies de personnages historiques ou littéraires. C’est dans son antre, son bureau, au milieu de ses piles de livres, qu’elle se confie sur ses origines, son parcours et ses combats.

"Quand j’ai lu Le Deuxième Sexe (…), j’ai eu l’impression que quelqu’un ouvrait la porte de la prison. Simone de Beauvoir me laissait à penser que je n’étais pas déterminée à avoir un destin féminin nécessaire (…) Je pouvais ne pas me marier, ne pas avoir d’enfants, peut-être devenir un écrivain, vivre la vie que je voulais sans rendre de comptes à personne.

"J’ai pris goût aux études. J’étais du genre : "Doit travailler énormément pour avoir des résultats moyens", mais j’aimais ça.

(A propos de son père, Marcel Bleustein-Blanchet, fondateur de Publicis) "Il était très présent, très affectueux, très ambitieux pour ses filles (…) Lui qui voulait des garçons a eu trois filles et nous a élevées de telle sorte qu’on puisse avoir des ambitions d’homme. C’est tellement stimulant d’entendre tout le temps : "Mais oui, tu peux le faire, tu vas le faire". A écouter papa, j’aurais pu être la reine de Saba !

"Je suis quelqu’un qui aime remuer les idées : une remueuse d’idées.

(A propos de son mari, Robert Badinter) "Son combat contre la peine de mort a été crucial dans ma vie. C’est rare dans la vie de quelqu’un d’avoir l’occasion d’avoir un combat vraiment fondamental. Je voyais Robert mener ça, et j’étais fascinée par la dureté du combat, qui nous semblait, à moi comme à lui, absolument essentiel pour la société française.

"L’enseignement a été, dans le lycée, où j’ai été professeur de philo pendant cinq ans, puis à Polytechnique, l’un des grands bonheurs de ma vie.

"Quand d’autres que moi disent publiquement les propos que j’attends, jamais je ne prends la parole pour dire la même chose. Je ne prends la parole que si personne ne défend mes idées.

"Le port du voile, la parité, la laïcité ou les mères porteuses sont des débats où je me suis retrouvée assez solitaire. Les combats que j’ai menés avec le plus de passion ont été perdus, enfin momentanément j’espère (…) Quand il se passe quelque chose qui m’indigne ou qui me semble dangereux pour la société - comme des statistiques ethniques -, il y a une espèce de passion qui reprend le dessus."

Voir les commentaires

Lettre ouverte : Est-ce que je peux te parler ?

24 Septembre 2009, 03:30am

Publié par Littorine

''Bonjour toi, je suis ton "Enfant intérieur".
 Est-ce que je peux te parler ?
Je me sens terriblement seul.
 Tu n'es pas là souvent pour moi.
 Je comprends, je sais c'est ce que tu as appris.
 Sauf que maintenant tu es un adulte,
 et tu peux changer ton rapport avec moi.
Je désire que tu m'amènes m'amuser,
que tu me fasses rire, tout est tellement sérieux avec toi.
 Ca m'a presque tué.

 J'ai besoin de toi,
 c'est toi le chauffeur du véhicule me permettant de me réaliser.
 Tu as laissé les autres m'écraser
 et par le fait même écraser mes besoins et désirs.

 Ensuite tu as poursuivi leurs oeuvres.
Je suis heureux (heureuse) de voir que maintenant
tu sais que j'existe et que tu reconnaisses parfois ma présence.

J'ai très peur que tu me laisses tomber à nouveau.
 Que tu cesses de m'écouter,
 que tu cesses de considérer mes besoins et désirs.

 Lorsque tu ne m'écoutes pas, je souffre et te le fais savoir.
 Tu sais l'autre jour quand tu as ressenti ce malaise,
 c'était moi qui attirais ton attention.
 Quelquefois ça fonctionne d'autre pas.
 Tu es très fort (forte).
 Moins tu m'écoutes et plus le malaise est grand.
 Si ça fait mal, c'est que moi j'ai mal.
 S'il te plaît, reste avec moi.

 Permets moi d'être.
 Sous ma peine se cache ma joie.
 Sous ma colère, l'Amour.
 Sous ma peur la confiance en toi.
Ma colère contre toi est grande,
 laisse-moi simplement l'exprimer,
 laisse-moi te dire ce que ça m'a fait que tu m'écrases,
 que tu me traites de nom.
 Que tu me dises que je suis con (conne).
 Tu n'utilisais pas toujours des mots pour m'écraser
 mais c'était et c'est tout comme.

 Laisse moi te dire ce que ça m'a fait,
 que tu me dises que je n'aie pas raison de ressentir mes émotions.
 Je sais, c'est ce que tu as appris, mais tu peux changer ça.

 Laisse-moi te dire ce que ça m'a fait que tu me dises,
 que je devrais plutôt être comme ci ou comme ça.

 Laisse-moi aussi te dire ce que ça m'a fait que tu me dises,
 que je devrais ressentir ça ou ça plutôt que ceci ou cela.

 Je suis en boîte, enfermé, étouffé sous tes croyances, au rancard.
 Tu sers aux autres.
 Comprends que tu n'as aucun pouvoir sur les autres.
 Tu en as sur toi et c'est tout.
 Tu as le pouvoir de me laisser vivre,
 de me permettre d'être, de rire, de m'amuser,
 tu as aussi le pouvoir de m'écouter.

 Toi seul sais vraiment tout ce que j'ai vécu.
Toi seul peux vraiment me comprendre.
 Tu as le pouvoir de m'aimer, de me reconnaître,
 de me choyer, de réaliser mes désirs.

 N'est-ce pas tout cela que tu cherches à l'extérieur ???
 Est-ce que tu comprends que j'ai besoin de tout ça?
 Pas des autres mais de toi.
 Tu as le plus grand pouvoir.
 S'il te plaît, je t'en prie ne me laisse plus jamais tomber,
 plus jamais.
 J'ai tellement de peine. Sans toi, je meurs.
 Sans toi, je souffre. J'ai besoin de toi.
 Tellement besoin.''

Ton Enfant Intérieur. Auteur : Manon Sénécal ede.

Si votre Enfant intérieur vous parlait
Vous dirait-il quelque chose comme çà… ?
ou quoi d'autres pensez vous... ?
Cette phrase peut être mise au présent ....
Quand votre Enfant intérieur vous parle, que vous dit-il ?

Bonne Journée, prenez soin de vous...

Voir les commentaires

Vous dites

20 Août 2009, 04:00am

Publié par Littorine


Aujourd'hui je reprend le poème que Jackie nous a partagé
 il n'y a pas si longtemps et qui m'a profondément touchée.
 Jackie j'espère que tu ne m'en voudras pas....
j'en profite pour vous demander d'aller lui rendre visite
 à notre artiste peintre et photographe,
 vous ne perdrez pas votre temps croyez moi ....
 voici le lien pour aller à sa rencontre : link  Clic ou http://jifou.over-blog.com/


Vous dites :
  c'est fatigant de fréquenter les enfants.
Vous avez raison.
Vous ajoutez :
parce qu'il faut se mettre à leur niveau,
se baisser, s'incliner, se courber, se faire petit,
Là vous avez tort.
Ce n'est pas cela qui fatigue le plus.
C'est plutôt le fait de s'élever
jusquà la hauteur de leurs sentiments.
De s'étirer, de s'allonger, de se hisser
sur la pointe des pieds
Pour ne pas les blesser.

Janus Korczak
In Quand je redeviendrai petit.

Voir les commentaires

Je vous salue

15 Août 2009, 04:15am

Publié par Littorine

Marie,
Marie-Annick,
Maryannick,
Marie-Aline,
Marie-Louise,
Marie-France,
Marie-Claire,
Maryline
Marie-Armelle
Marie-Paule
Marie-Antoinette
Marie-Hélène
Marie-Jeanne
Marie-Laure
Marie-Odile
Marie-Thérèse
Maryvonne
Marine
Maryse
Marie-Dominique
Myriam
Anne-Marie
......
Et toutes les Marie que je ne connais pas....
A vous toutes je souhaite une bonne fête !
(Inutile de préciser qu'en Bretagne c'est jour de fête....)


null

Bonne Journée....

Voir les commentaires

Défi Bleu !

4 Août 2009, 12:00pm

Publié par Littorine

Suite à une proposition de ma part,
Agathe vient de relevé le défi Bleu
Allez lui rendre visite 
ce défi elle le relève avec grâce et beauté
pour y accéder frapper à la porte...et entrez, elle vous attend !

null

Voir les commentaires

Une pensée Tendresse

4 Juillet 2009, 18:00pm

Publié par Littorine

"Aimer, c'est prendre soin de la solitude de l'autre
 sans vouloir la combler"

Christian BOBIN



Bonne fête à Marsannay ! 





 

Voir les commentaires

Mention Spéciale

29 Juin 2009, 16:31pm

Publié par Littorine

Il est des jours ou un bonne nouvelle écrase tout le reste,
aujourd'hui est une de ces journées...

Marc, Anne, Quentin et tout ce que je ne connais pas,
Je veux vous féliciter pour votre courage, votre ténacité,
votre volonté, votre travail
vous êtes récompensés, vous êtes admis
au concours de Médecine dès la première année....

 

Marco c'est une belle émotion que tu nous offres là, et tu vas pouvoir le porter très haut ton futur Stéthoscope.

Bravo p'tit gars... Je t'embrasse fort



PS: une pensée aussi pour Nora et tous ceux qui se sont donnés à fond et qui malheureusement ont échoués.....Malgré leur travail et leur pugnacité.
Courage surtout pour eux, qu'ils trouvent leur voie malgré cet échec.

Voir les commentaires

L'amour et ses chemins-6

27 Juin 2009, 17:00pm

Publié par Littorine

Pour désarmer le monde,
cesser le feu en soi.

                                                                                C.ENJOLET

Voir les commentaires

Paimpol

20 Juin 2009, 04:00am

Publié par Littorine


Agathe, lorqu'on sera tous assis ensemble sur tes bancs,
 tu te rends compte de la vue que l'on auras ! 
Elle est pas belle la vie ....

   Pour trouver les bancs c'est ici 

 

 

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 > >>